Shadow

Nigéria: des morts et blessés par balles, répression barbare d’une manifestation

La jeunesse nigériane, sortie mardi pour tenir un contestation pacifique contre le pouvoir, a été très violemment réprimée par les forces de l’ordre. Un couvre-feu de 24 heures à Lagos a été instauré à Lagos pour faire revenir le calme. ‘Amnesty International en fin de journée, dresse un bilan de plusieurs morts et blessés à balles réelles.

En effet, les corps habillés ont violemment réprimé plus de 1 000 manifestants rassemblés, mardi 20 octobre, à Lagos, la capitale économique du Nigeria, faisant de nombreux victimes.

“Plusieurs manifestants ont été tués, on cherche à savoir exactement combien”, a déclaré à l’AFP Isa Sanusi, porte-parole de l’ONG Amnesty International.

Ces “nombreux” tirs sur les manifestants font suite à l’entrée en vigueur d’un couvre-feu total à Lagos pour tenter d’éteindre un mouvement populaire qui ne cesse de s’étendre à travers le pays.

Alors que les contestataires étaient tranquillement assis, les hommes en treillis leur sont rentrés dedans avec des tires à balle réelle.

“Tous les manifestants étaient assis pacifiquement, et à la nuit tombée, les lumières de l’éclairage public et des panneaux publicitaires se sont éteints d’un coup”, raconte Toye, une manifestante de 32 ans. “Tout le monde a crié et des hommes sont arrivés et ont commencé à tirer et tout le monde a couru pour sauver sa vie”, a-t-elle ajouté.

Pour rappel, les manifestations de la jeunesse contre les violences policières se sont étendues à des contestations contre le pouvoir et depuis 12 jours, des milliers de jeunes nigérians battent le pavé dans les grandes villes du pays le plus peuplé d’Afrique et première puissance économique du continent. 

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *