Shadow

Montée des violences en Côte d’Ivoire : Chris Yapi met fin à ses activités

Le lanceur d’alerte le plus recherché de la Côte d’Ivoire Chris Yapi jette l’éponge. Dans une publication faite sut son compte Twitter, le web activiste qui trouble le sommeil du régime Ouattara avec ses graves révélations, annonce son entrée en clandestinité. A en croire ce dernier, la guerre civile est désormais inévitable en Côte d’Ivoire.

« GUERRE CIVILE EN CÔTE D’IVOIRE. La Chute du régime d’Alassane Ouattara se fera dans les longs jours de cette semaine. AUREVOIR ! CHRIS YAPI VA EN CLANDESTINITÉ », a-t-il publié sur sa page Facebook.

Sur Facebook, d’autres sources indiquent qu’en dehors des raisons sécuritaires, Chris Yapi serait déçu par l’attitude de l’opposition qui ne prend pas en comptes les résultats de ses investigations.

« Chris Yapi m’a contactée pour me dire qu’il arrêtait définitivement de tweeter et qu’il rejoint la clandestinité. La raison est fort simple : il considère qu’il met sa vie en péril pour aller à la chasse à l’information pour qu’elle puisse servir la cause et la bonne cause de l’opposition.

Or, bien que le faisant, il donne des informations pertinentes à l’opposition, quelques semaines, voire quelques mois avant que les événements ne se réalisent, sans qu’il n’ait le sentiment que l’opposition prenne au sérieux ce qu’il dit. Par exemple, il a déjà écrit à deux reprises que le Président Bédié serait arrêté avec tous les autres leaders de l’opposition. Avec ce qui se passe depuis hier, il constate que cette opposition ne l’a pas pris au sérieux.

Alors, il se sent inutile et il estime inutile d’exposer sa vie dans sa quête perpétuelle de l’information vraie, si elle ne doit pas servir à la stratégie de l’opposition et à la protéger. Par conséquent, il a décidé d’arrêter de se mettre lui-même en danger et de ce fait, se met en sécurité dans la clandestinité », a publié la source.  

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *