Shadow

Discours : Ouattara négocie une rencontre avec Bédié et promet la prison aux autres opposants

Le président ivoirien Alassane Ouattara élu pour un troisième mandat avec plus 94% des voix à l’issue de la présidentielle du 31 octobre 2020 s’est adressé aux Ivoiriens ce jour. Le chef de l’Etat appelle à l’apaisement tout en déclarant la guerre à tous ses opposants qui ont appelé à la désobéissance civile.

Pour Alassane Ouattra, ce mot d’ordre de désobéissance civile de l’opposition est à la base des actes de violence qui ont émaillé le processus électoral faisant plusieurs dizaines de morts et d’importants dégâts matériels. Ces incidents ne seront pas impunis selon le président de la République qui annonce que les principaux auteurs seront interpelés et présentés à la justice.

« Je veux vous dire aussi que ces agissements ne seront pas impunis. Des enquêtes seront menées afin de situer toutes les responsabilités. Les auteurs ainsi que leurs complices où qu’ils se trouvent, seront recherchés, interpelés et traduits devant les tribunaux afin qu’ils répondent de leurs actes », a-t-il déclaré.

Chose curieuse, le président du PDCI-RDA Henri Konan Bedié qui a annoncé le mot d’ordre de désobéissance civile et de surcroit le président du Conseil National de Transition (CNT) n’est pas inquiété par Alassane Ouattara. Au contraire, le président de la République l’invite à un dialogue pour rétablir la confiance.

« Je voudrais donc inviter mon aîné le président Henri Konan Bedie, président du PDC RDA, à une rencontre dans les tous prochains jours pour un dialogue franc et sincère en vue de rétablir la confiance. Je demande à tous nos concitoyens, dans un élan d’apaisement des esprits et des cœurs, d’œuvrer pour maintenir et renforcer, la paix et le vivre ensemble sur toute l’étendue du territoire nationale », a déclaré Ouattara.

Au même moment qu’Alassane Ouattara se plie en 4 pour dialoguer avec Henri Konan Bedie lanceur du mot d’ordre de désobéissance civile, l’ancien premier ministre et candidat à la présidentielle du 31 octobre Affi N’guessan est arrêté et placé sous mandat de dépôt.

Sur les réseaux sociaux les internautes apprécient diversement la sortie tant attendue du président Ouattara.

« C’est ce qu’on appelle inconséquence politique notoire, violation flagrante de la constitution ivoirienne, assassinats de ses peuples pour son intérêt personnel et égoïste comme si un jour tu ne seras pas sous terre enterrer sans aucun titre, aucun pouvoir, aucune richesse ».

« Même avec 100% des suffrages exprimés en votre faveur Mr le Président votre candidature est illégal ! Je suis pour une Afrique démocratique avec des institutions indépendante qui fonctionne à la norme internationale! »

« Fausse modestie d’un putschiste au sommet de l’Etat. La place de Pascal Affi N’GUESSAN n’est pas en prison, la tienne oui. Tu mérites la perpétuité”,  entre autres sont les commentaires laissés par les détracteurs d’Alassane Ouattara sur Twitter. Ses admirateurs par contre le félicite pour sa « brillante » sortie.

« Ce sont des personnes intellectuelles qui ont réfléchies et votés, voyant le développement et les progrès apportés par celui ci comparé aux autres électeurs, c’est pas une question de popularité mais d’intérêt. »

« élicitations, Président. Espérant avoir une place de choix dans nos domaines d’interventions respectifs sous vôtre mandature ci, nous vous prions de prendre des mesures idoines pour la sécurisation de TOUTE la population des terres Ivoiriennes. Excellente gouvernance à vous!”, pouvait-on lire.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *