Shadow

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara malmené par le journal français Libération

Le journal français Libération de ce jeudi 12 novembre 2020 évoque la situation de crise postélectorale en cours en Côte d’Ivoire. Contrairement aux autorités ivoiriennes qui expliquent l’escalade de la violence par le mot d’ordre de désobéissance civile lancée par l’opposition, le média français accuse Alassane Ouattara d’avoir plongé son pays dans une nouvelle crise en annonçant sa candidature pour un troisième mandat.

« La décision d’Alassane Ouattara de se représenter à un troisième mandat, interdit par la constitution, a mis à nouveau le feu aux poudres », précise le journal qui dresse un bilan de 85 morts depuis le début de cette nouvelle crise politique.

L’article titré “Côte d’Ivoire de retour au bord du gouffre” signé par la journaliste Maria Malagardis, tance Alassane Ouattara qui après s’être offert « un troisième mandat de trop » espère calmer les ardeurs de l’opposition en renouant le dialogue avec Henri Konan Bedie. « Personne n’est dupe : tout le monde sait que le président sortant a été réélu pour un mandat de trop. Tout le monde guette la montée des tensions et sait qu’il faudra en réalité bien plus que la rencontre de ce mercredi entre Ouattara et le chef de file de l’opposition Henri Konan Bedie, assigné à résidence depuis une semaine pour résoudre cette nouvelle spirale périlleuse », indique le journal qui précise également que France bien que réticente pourrait à nouveau intervenir à nouveau dans la crise ivoirienne.

« En 2011, après cinq mois de crise postélectorale sanglante s’étaient achevés par l’intervention de l’armée française. Désormais, Paris est plus réticent à s’impliquer dans les affaires ivoiriennes. Mais l’ampleur des intérêts économiques en jeu, et la présence de 2500 expatriés français, pourraient bien attirer rapidement les caméras vers ce pays où la France a toujours été une puissance tutélaire, entrainée parfois malgré elle dans les batailles meurtrières qui s’y ajoutent », conclut le journal.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *