Shadow

Côte d’Ivoire : la démocratie à double vitesse d’Emmanuel Macron

Lors d’une interview exclusive accordée aux confrères de Jeune Afrique, le président français Emmanuel Macron justifie le troisième mandat d’Alassane Ouattara qui a plongé la Côte d’Ivoire dans une nouvelle crise avec plus d’une centaine de décès. Durant le même entretien le locataire de l’Elysée fustige la candidature du Guinéen Alpha Condé qui comme Ouattara, a modifié la constitution de son pays pour s’offrir un troisième mandat.

Emmanuel Macron croit dur comme fer que le sentiment anti-français qui prend de l’ampleur sur le continent africain est téléguidé par la Russie et la Turquie. Il oublie de mentionner les mauvaises décisions prises par l’ancien colon dans ses colonies. Dans l’entretien accordé à Jeune Afrique, Emmanuel Macron a tenté dans un premier temps de justifier les multiples mandats de certains présidents africains en faisant le parallèle avec son pays. « Je rappelle que la France elle-même, jusqu’il y a douze ans, n’avait pas de limitation du nombre de mandats dans sa Constitution », a-t-il déclaré. Il fut vite recadré par le journaliste qui lui rappelle qu’en France aucun président n’a modifié la constitution pour se maintenir au pouvoir.

Dos au mur, Emmanuel Macron enlève ses gants et crache ses vérités. Certains présidents africains ont le droit de faire un troisième mandat. Ils peuvent modifier la constituer pour se maintenir à la tête de leur pays autant que possible s’il arrive à justifier leur démarche. C’est ce que semble indiquer le président Macron.  « Je ne mets pas le cas de la Guinée et celui de la Côte d’Ivoire dans la même catégorie, a-t-il déclaré au début de son argumentaire avant d’enchainer, il (Alassane Ouattara ndlr) s’est retrouvé dans une situation exceptionnelle avec le décès de ce dernier (Gon Coulibaly Ndlr). Je peux vous dire, de manière sincère, qu’il ne voulait pas se représenter pour un troisième mandat », justifie-t-il en utilisant mot pour mot, les propos d’Alassane Ouattara. A en tendre Emmanuel Macron, un président en France peut décider de modifier la constitution pour se maintenir au pouvoir si son dauphin venait à mourir avant le scrutin.

Au même moment le président français se montre dur envers Alpha Condé de la Guinée. Il affirme ne pas lui avoir envoyé de message de félicitation.

« Il a organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir. C’est pour ça que je ne lui ai pas encore adressé de lettre de félicitations. Je pense que la situation est grave en Guinée… », a-t-il indiqué.  En Côte d’Ivoire où la France traine des casseroles depuis l’attaque du palais de l’ancien président Laurent Gbagbo par les militaires français, les propos du président Macron sonnent comme la consécration d’une nouvelle ère de relations malsaines qui sacrifient les intérêts des peuples ivoiriens.

“J’ai lu avec amertume les propos méprisants du Président Français. Cette sortie confirme ce que je pensais déjà des politiques français. Les présidents français se sont toujours rangés là où se trouvent leurs intérêts qu’ils défendent au prix des vies innocentes. Le cas du RWANDA est un exemple plausible. En soutenant ouvertement Ouattara, alors qu’il dit être contre le 3ème mandat d’alpha Condé, Macron n’agit pas par principe mais selon les intérêts de la France. Il cautionne ainsi la violation de la constitution ivoirienne en évoquant un cas de force majeure comme si la constitution mentionnait une telle disposition. Macron évoque aussi la limite d’âge dans la constitution comme s’il lui revenait de décider l’âge de celui que les ivoiriens veulent comme président. Au regard de tout ce mépris, je pense qu’il est temps que le peuple ivoirien démontre à la France qui détient réellement la souveraineté en Côte d’Ivoire en boycottant tous les produits français”, a publié Ferdinand Djoh.

Du côté des partisans d’Alassane Ouattara, c’est la fête. La déclaration du président français les conforte plus que la décision du conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire qui a confirmé la victoire de leur champion.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *