Shadow

Confidences de Ouattara en 2017 à un proche: « si Amadou n’est pas en état, je serai candidat »

Le décès d’Amadou Gon Coulibaly le 08 juillet 2020 a sonné comme une surprise dans le camp du RHDP. Et pourtant selon les révélations de Jeune Afrique, Alassane Ouattara était bien au courant des soucis de santé de son dauphin. Depuis 2017, il planifiait sa candidature au cas où les choses tourneraient mal pour Gon Coulibaly. Et c’est ce qui arriva.

48 heures ont suffi au président Alassane Ouattara pour décider de se présenter pour un troisième mandat.

« Ne t’inquiète pas, j’ai tout prévu, avait-il confié à un vieil ami courant 2017. Si Amadou n’est pas en état, je serai candidat », nous apprend le journal panafricain.

Toujours selon la même source, malgré sa victoire constipante de 94% Alassane Ouattara n’est pas satisfait du déroulement du scrutin.

Il se dit déçu du peu de progrès réalisés malgré « les investissements » consentis, ainsi que du manque d’implication de certains cadres présents dans la salle. Face aux personnes réunies ce jour-là, il va jusqu’à parler de « trahison », comme si son amour-propre avait été atteint.

« Derrière les discours de façade, Alassane Ouattara sait dans quelles conditions il a été élu », résume une source diplomatique sous-régionale. Sous le couvert de l’anonymat, un ministre ivoirien confirme : « C’est une victoire en demi-teinte. D’un côté, le président est parvenu à organiser l’élection malgré les menaces de l’opposition. De l’autre, son image a été écornée. Secrètement, il espérait être plébiscité. Il estime que depuis Félix Houphouët-Boigny nul n’a fait autant que lui pour ce pays», révèle Jeune Afrique

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *