Togo : le ministre des transports menace de boycotter Air France

Les nouveaux ministres de Faure Gnassingbé marquent leur territoire. L’ancien DG de Togocel Affoh Atcha Dedji, désormais ministre des transports, fustige sans diplomatie, l’attitude de la représentante locale de la compagnie Air France.

Christine Quantin selon le ministre, « semble vouloir semer une certaine graine de division entre les employés de la délégation Air France au Togo, au point de vouloir jeter l’opprobre sur des agents que tout un chacun apprécie énormément tant pour leurs valeurs morales que professionnelles ». Sans donner les détails des faits dont il accuse la représentante locale de la compagnie, le ministre glisse subtilement quelques menaces à la fin de sa lettre adressée à la directrice générale d’Air France, Anne Rigail.

« …. Il nous semble opportun de solliciter de vous d’étudier les voies et moyens pour empêcher que l’attitude affichée par Mme Christine Quantin ne puisse continuer à mettre à mal l’harmonie et par-delà, l’éfficacité qui fait de la délégation Air France au Togo la compagnie la plus appréciée par les autorités togolaises… », conclut le ministre.

Ses inquiétudes ont été prises au sérieux. La directrice générale d’Air France annonce l’arrivée prochaine à Lomé de son directeur Afrique, Henri Hourcade, pour calmer les tensions.

Cette sortie du ministre Affoh Atcha Dedji  pour défendre les intérêts des employés d’Air France est surprenante car les employés togolais sont victimes de plusieurs abus de la part de leurs employés expatriés sous le regard permissif des autorités. Plusieurs procès pour licenciement abusifs sont pendants au tribunal de travail de Lomé. Les rares employés qui arrivent à gagner ces procès se font rarement dédommager.

Christine Quantin se souviendra longtemps de sa première mission en Afrique de l’Ouest. En effet, selon nos confrères de Jeune Afrique, elle avait goûté à la colère du président Patrice Talon lorsqu’elle a eu la mauvaise idée de ne pas répondre une séance de travail à laquelle elle était invitée. Elle fut déclarée persona non grata pendant 5 mois avant d’être autorisée à nouveau à reprendre ses fonctions au Bénin.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *