Shadow

Biographie de Faure Gnassingbé, président du Togo

Né le 06 juin 1966 à Afagnan (Togo), Faure Essozimna Gnassingbé est le président de la République du Togo depuis 2005. Il a succédé à son père, feu le général Gnassingbé Eyadema qui a gouverné le Togo pendant 37 ans. Contrairement à son paternel souvent critiqué de n’avoir pas fait de longues études, Faure Gnassingbé est titulaire d’une licence d’économie et gestion de l’université Paris-Dauphine et d’un MBA de l’université George Washington. Il n’a eu aucune activité professionnelle clairement identifiée avant de lancer sa carrière politique.

A Blitta il fut élu député avant de rejoindre le gouvernement de son père en 2003 en occupant le poste du ministre des Travaux publics, des Mines et des Télécommunication.  Deux ans plus tard, le général Eyadema décède. Faure prend sa place de force avec l’aide de l’armée en violation totale de la constitution togolaise. Sous pression de la communauté internationale, il quitte le pouvoir et dépose sa candidature pour la présidentielle de la même année. Le scrutin dont les résultats furent contestés, a été émaillé de violence. Au moins 400 personnes ont été tuées selon une enquête des Nations unies.  Malgré les nombreuses irrégularités constatées durant ce scrutin, Faure Gnassingbé a été déclaré vainqueur avec 60,6% des voix.

Il place son mandat sous le sceau de la réconciliation. En 2007, lors de la célébration de la fête traditionnelle Odon-Tsi à Atakpamé, Faure Gnassingbé dénonce les violences contre les biens et les pertes en vies humaines et formule sa célèbre phrase « Plus jamais ça ».  Malgré cette déclaration historique du président de la République, de nombreux civils dont des enfants ont souvent été tués par les forces de l’ordre lors des manifestations de l’opposition.  Le cas le plus flagrant fut celui de l’assassinat du petit IDRISSOU Moufidou (11 ans) à Agoe (banlieue nord de Lomé) en 2018. Le général Felix Kantaga qui était sur le théâtre des manifestations ce jour-là, était accusé par les riverains d’avoir tué l’apprenti mécanicien. La lumière ne sera jamais faite sur cet assassinat.

Le 09 mai 2009, Faure Gnassingbe installe la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR). « La CVJR a pour mission de proposer des mesures susceptibles de favoriser le pardon et la réconciliation nationale. De ce fait, la CVJR a pour principal but de favoriser la réconciliation du peuple togolais en cherchant la vérité sur les abus et les violations des droits humains à caractère politique et d’aider les victimes à guérir de leurs traumatismes ». La Commission fut dirigée par Mgr Barrigah.

En 2010, Faure Gnassingbe se fait élire une seconde fois à l’issue d’un scrutin contesté une fois de plus. Cette fois-ci ce ne sont pas les militaires qui transportaient les urnes pour fuir comme en 2005 mais c’est la Commission électorale nationale indépendante CENI qui a décidé de changer le mode de compilation des résultats après le vote. La CENI abandonne ainsi le système VSAT implanté par le PNUD sous prétexte qu’il était en panne. Cette version sera plus tard démentie par l’expert de l’institution onusienne.

Bénéficiant d’une constitution charcutée par son père qui avait pris soin de sauter le verrou de la limitation du mandat, Faure Gnassingbé brigue un troisième mandat à la suite d’une élection encore contestée par l’opposition. Il fait modifier la constitution pour y inclure la limitation du mandat présidentiel à deux.

Malgré ce nouveaux dispositif, Faure Gnassingbé se présente en 2020 pour un quatrième mandat jugé anti constitutionnel par l’opposition.

En 15 ans, Faure Gnassingbé n’a construit ni université, ni hôpital de référence. Aucune formation sanitaire publique au Togo ne dispose de scanner en 2020 sous Faure Gnassingbé.

Infrastructures et reformes

Le président de la République a cependant eu le mérite de donner un nouveau visage aux villes du Togo. Il a ouvert d’importants travaux publics. Plusieurs routes ont été construites ou réhabilitées à Lomé et à l’intérieur du pays.  Sous Faure Gnassingbé le Togo a eu le mérite d’être classé 1er pays réformateur d’Afrique et 2ème mondial par le Rapport Doing Bussiness 2020. Malgré ce classement enviable, les Togolais sont très pauvres.  55, 1% des Togolais vivent sous le seuil de la pauvreté en 2015 selon la Banque Mondiale. Ce taux monte à 69% dans les zones rurales.

Faure Gnassingbe a instauré la gratuité de l’école primaire et la police d’assurance des élèves. Sous ses mandats, il a encouragé l’entrepreneuriat des jeunes avec la création de plusieurs mécanismes.

Vie de famille

Les Togolais ignorent tout sur la situation matrimoniale de leur président. Faure Gnassingbé qui serait officiellement toujours célibataire serait cependant le père de plusieurs enfants de différentes mères. Aucune de ces femmes ne figurent à ses côtés lors de ses sorties officielles. Lors de sa visite au Vatican, Faure Gnassingbé a préféré se faire accompagner par sa mère. A la maison Blanche, il était seul aux côtés du couple Obama.

Faure Gnassingbe à la maison blanche
Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *