Shadow

Togo/Commune du Golfe3 : réalisations, défis et ambitions à l’horizon 2025 du Maire Kamal Adjayi

Kamal Adjayi maire de la commune du Golfe 3

Le 15 octobre 2019, les maires ont officiellement pris fonction à la suite des élections locales. Ces élections ont marqué un grand tournant dans la vie sociopolitique du Togo qui veut se hisser au rang des grandes nations sur le continent africain et à l’international. Au total 117 Maires pour 117 Communes sur toute l’étendue du territoire togolais. Chacune des communes avec ses diversités, ses potentialités et ses problèmes. Les Maires dès leur prise de fonction ont essayé chacun de se mettre à la tâche. Car, il faut le rappeler, le Togo a organisé les élections municipales après 32 ans de délégation spéciale. La décentralisation n’était donc pas encore effective. Un vaste chantier attend donc ces nouveaux Maires. Après plus d’un an d’exercice, et alors que nous entamons une nouvelle année avec de nouveaux défis, il est important de regarder dans le rétroviseur pour voir les efforts qui ont été faits. Et l’une des communes qui a retenu notre attention reste la Commune du Golfe3 avec à sa tête M. Kamal Adjayi, le plus jeune Maire du Togo qui fêtera ses 30 ans en Mai prochain.

« Vous avez affirmé votre adhésion à la politique de décentralisation du gouvernement. Dorénavant, vous attendez que vos élus locaux contribuent à la construction du Togo émergent. » M. Kamal Adjayi disait ces mots alors qu’il se préparait à prendre fonction. Après plus d’un an, qu’est-ce-qui a été fait concrètement pour les populations de la Commune du Golfe3 et quels sont les défis à venir ?

Commune cosmopolite, Golfe3 est l’une des plus importantes Communes du pays. Dans le Grand Lomé, s’il y a une Commune très importante c’est celle que dirige le Maire Kamal Adjayi. En effet, elle regroupe à elle seule toutes les grandes institutions du pays à savoir, la Présidence de la République, la Primature, le Parlement, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Sans oublier aussi d’importantes structures telles que, l’Office Togolais des Recettes (OTR), l’Université de Lomé, l’EAMAU (L’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme), la Cité OUA, ainsi qu’une kyrielle d’édifices qui font la beauté et participent à la vie de la commune.

Un an au service du développement inclusif

A peine élu que le Maire Kamal Adjayi s’est concentré sur les grands chantiers. Le plus dur était d’asseoir une administration pour servir les populations sachant que la nouvelle réforme administrative a créé des communes nouvelles et tout est à refaire.  Ces dernières attendaient un changement qualitatif par rapport aux délégations spéciales. Une fois les différentes directions installées l’autre grand souci était l’assainissement. Ce volet est le problème majeur dans presque toutes les communes. Lutter contre l’insalubrité, réparer les caniveaux bouchés, l’entretien des routes, etc…

Malgré la pandémie qui a sévit, le Maire Kamal Adjayi et son exécutif ont pu réaliser de grands chantiers au bénéfice de leur administré. Et l’on peut citer, la redynamisation des Comités de développement des quartiers (CDQ). Le développement durable étant inclusif, il fallait donc que cela passe par la base en associant les populations. En ce qui concerne la pandémie liée au Coronavirus, la Commune du Golfe3 n’y a pas échappé. Conformément aux dispositions prises par le gouvernement, les premiers responsables pour protéger leurs concitoyens ont mis sur pied un comité de riposte contre la pandémie au sein de la Commune. Une vraie réussite. Puisque d’après les chiffres, les cas de contamination étaient moindres dans Golfe3 par rapport aux autres municipalités. Il y a eu plusieurs campagnes de sensibilisation, les distributions de bavettes et de lave-mains. Sans oublier aussi, la distribution de kits alimentaires aux couches vulnérables contre la résilience. Un vrai test pour ces nouveaux élus communaux.

A chacune de ses sorties où lui demandait de faire un bilan de sa gestion de la commune après un an d’exercice, le Maire Kamal Adjayi, cet ingénieur financier très technocrate répondait toujours “l’heure n’est pas encore au bilan. L’essentiel pour l’instant, c’est d’asseoir une administration qui rend service aux populations.” Ce qui est une réalité en ce qui concerne le service d’état civil avec un service en continu. Les actes administratifs et les légalisations sont transmis en un temps record. La méthode Adjayi du service continu, est une devenue avec le temps la méthode la plus prisée par les autres communes.

A cela s’ajoute la digitalisation des services de la Mairie. Quitter peu à peu la lourdeur administrative et avoir plus de faciliter et un gain de temps. Grâce à ses consignes et à sa vision, le service informatique et celle communication se sont attelés à cette digitalisation progressive à travers la création d’un site internet. Faisant ainsi partie des rares communes sur tout le territoire à avoir un site web. La particularité de ce site (www.golfe3.mairie.tg) est qu’il comporte toutes les informations concernant l’état civil. Toute personne peut télécharger l’acte qu’il veut se faire délivrer, le remplir avant de passer à la Mairie pour la signature. Cette digitalisation qui va se poursuivre va s’étendre à d’autres services avec le temps. Un vaste chantier qui est donc lancé.

Kamal Adjayi, monsieur écologie

On ne peut parler de la Commune du Golfe3 sans parler du volet environnemental ou écologique. Pour Kamal Adjayi, “l’environnement est notre poule aux œufs d’or. Nous devons en prendre soin pour notre survie et pour laisser un héritage noble à nos prédécesseurs”, clame t’il. L’exécutif rêve grand que ce point en voyant déjà ce qui a été fait, ce qui est en cours et ce qui se programme. La Commune a déjà mis sur pieds des poubelles à tri sélectifs biodégradables. Ces déchets recyclés seront transformés pour produire du compost bio ou toute autre matière. La théorie du “rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme” devient une réalité. Très engagée sur les questions écologiques et environnementales, la Commune Golfe3 s’est donnée pour ambition d’être l’une des meilleures villes vertes de l’Afrique de l’Ouest à l’horizon 2025. Par conséquent, plusieurs projets de foresterie urbaine et de création de parcs écologiques sont en cours d’élaboration. Il est à noter que la transition écologique ne pourra se réaliser sans une transformation radicale des villes et de la structure d’espace urbain. A l’heure actuelle, la société est en pleine période de transition, et nos villes africaines ne peuvent rester en marge.

Au cours de ses différentes sorties et lors de la commémoration du 5è anniversaire des accords de Paris sur le climat, le Maire Kamal Adjayi a encore une fois rappelé l’importance de la préservation de l’environnement, de notre écosystème.

L’homme des accords et partenariats

Jamais un Maire au Togo n’aura signé autant d’accords multiformes en un an d’exercice. D’accord de partenariat avec l’Université de Lomé à celui avec le CRC/BOAD (Centre régional de collaboration / Banque ouest africaine de développement) en passant par l’EAMAU et la Commune de Rabat, ces accords démontrent de la volonté de Kamal Adjayi d’incarner un grand leadership qui puisse inspirer plus d’un.

L’accord de partenariat et de collaboration avec la ville de Rabat a été qualifié d’historique par les médias locaux. Un coup de maître réussi par le jeune Maire qui ne lésine pas sur ses réseaux. Ces réseaux personnels selon plusieurs indiscrétions dans son entourage sont utilisés pour apporter un plus au développement de la Commune.

Jeune, la jeunesse est au cœur de toutes ses actions. D’où la formation des jeunes en entrepreneuriat. Et aussi sur les opportunités qui leurs sont offertes à travers les différents mécanismes mis sur pied par les gouvernants.

Pour beaucoup d’observateurs avisés, il est sur une bonne lancée et son dynamisme n’est pas du folklore. Malgré d’énormes défis sur le plan de l’assainissement, de la lutte contre la pauvreté, l’emploi des jeunes, il y a au sein des administrés une certaine joie et un espoir face à ce qui a été fait.

On pourrait donc conclure avec cette maxime de Racine “Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.”

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *