Shadow

Saisie de 7000 cartouches d’arme au Bénin : au moins un Togolais impliqué

Munitions saisies Photo: Lespharaons.com
Munitions saisies Photo: Lespharaons.com

Le gouvernement béninois a annoncé ce samedi 1er mai, la découverte de 7000 cartouches de calibre 12 suite à un accident de circulation intervenu sur le tronçon Savalou-Banté, le vendredi 30 avril 2021. Les transporteurs des munitions étaient quatre (4) à bord d’un minibus de marque Mazda. Le véhicule serait entré en collusion avec un bus de marque Renault appartenant à la compagnie “Coopérative Transport Voyageurs” en stationnement. Trois personnes à bord du minibus Mazda ont perdu la vie. Le seul survivant d’après le communiqué de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), est de nationalité togolaise.

“Le seul rescapé de l’accident dit répondre au nom de Kankalala Aziz, de nationalité togolaise. Il réside à Alédjo au Togo. Dr ses premières déclarations, il ressort qu’il a l’habitude d’aider le conducteur du minibus également de nationalité togolais à décharger les marchandises. Cette fois-ci, il aurait été sollicité la veille aux environs de 20h à Aoro, village situé sur l’axe routier Bassila-Banté pour aider à décharger la cargaison à Gouka et à kpassi dans la commune de Banté.  Il précise qu’au moment où il prenait place à bord du véhicule, s’y trouvaient déjà deux individus en plus du conducteur”, indique la déclaration de presse.

Les autorités béninoise annoncent l’ouverture d’une enquête afin d’établir l’origine de la cargaison,  le ou les expéditeurs, le ou les destinateurs, leurs motivations réelles ainsi que l’usage auquel la cargaison est destinée.Le procureur spécial du CRIET fait  un lien entre cette inquiétante découverte et les violentes manifestations qui ont eu lieu dans certaines parties du pays. Des balles de mêmes calibres (12) ont été utilisées entre autres à Banté, Gouka , Akpassi, Popane, Tchourou, Parakou selon le procureur Elonm Mario Metonou.

“Je rappelle que ces faits interviennent dans un contexte où plusieurs actes de violence, d’attaque et agression ont été planifiés pour empêcher l’élection présidentielle du 11 mars 2021. Certains d ces actes ont été malheureusement mis à exécution et ont engendré de nombreux blessés graves au sein, des forces de défense et de sécurités de notre pays et ont été atteints par des balle de calibre 12 et armes de guerre”, détaille-t-il.

24 heures avant la publication de ce communiqué, le président de la République du Bénin, Patrice Talon avait accordé une interview à la chaîne de télévision française France 24 au cours de laquelle il déclarait que l’ancienne conseillère du président togolais Reckya Madougou est soutenue par des chefs d’Etats et hommes d’affaires des pays voisins.

« Une dame débarque avec des valises d’argent avec des sponsors, des chefs d’Etat des pays voisins, des opérateurs économiques (…)  Ces gens après que leurs dossiers aient été constatés non conformes disent que l’élection n’aura pas lieu sans eux » déclarait Patrice Talon. Pour rappel Reckya Madougou a été arrêtée le 03 mars 2021 et déposée à la prison de Missérété.

En dehors des tensions politiques internes, le Benin est également visé par d’Al-Qaïda. Le patron du renseignement extérieur français, Bernard Émié donnait l’alerte début février. “« C’est là que les chefs d’Al-Qaïda au Sahel ont conçu leur projet d’expansion vers les pays du golfe de Guinée, a ajouté Bernard Emié. Ces pays sont désormais des cibles eux aussi. Pour desserrer l’étau dans lequel ils sont pris et pour s’étendre vers le sud, les terroristes financent déjà des hommes qui se disséminent en Côte d’Ivoire ou au Bénin”.

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *